Pages Navigation Menu

1001 façons de vivre un voyage unique

Voyage au centre de la Terre dans la cité souterraine de Naours

Voyage au centre de la Terre dans la cité souterraine de Naours

Dans la catégorie des voyages insolites, la Cité souterraine de Naours, sise en Picardie entre Amiens et Doullens, est un véritable village creusé par l’homme au fil des siècles à une profondeur moyenne de 33 mètres. De tout temps, et particulièrement en période de conflit et d’invasion, ces grottes-refuges furent utilisées pour se « mucher » (se cacher dans le patois picard). Leur aménagement comprend quantité de salles publiques et d’espaces privés ainsi que deux espaces à vocation religieuse.

Les Grottes de Naours en chiffres…

Les Grottes de Naours se visitent tous les jours du 1er février au 15 novembre moyennant un droit d’entrée de 10 euros, qui inclut les commentaires éclairés d’un guide. Attention, fous du trépied et de l’objectif, les photos sont interdites à l’intérieur des grottes. La visite s’effectue à la chandelle. En cheminant dans les entrailles de la cité-refuge, vous ne traverserez qu’une partie des 28 galeries qui la constituent et qui s’étendent sur une longueur totale de 2000 mètres. Prenez une petite laine, car, quelle que soit la saison, il règne ici une température constante de 9,5 degrés. Vous vous imprégnerez de l’atmosphère des lieux en découvrant quelques-unes des 300 chambres ; gardez alors à l’esprit que les Grottes de Naours étaient conçues pour accueillir jusqu’à 3000 personnes avec leur cheptel et vous aurez une idée de la promiscuité qui pouvait y régner. Certaines chambres logeaient jusqu’à 12 personnes !

Grottes à visiter : voyage dans le temps

Bien longtemps avant d’être des grottes à visiter, ces cavernes furent à l’époque gallo-romaine des carrières de craie, que l’on extrayait alors pour en faire un matériau de construction. Ces carrières commenceront à être aménagées pour devenir habitables à partir des invasions barbares du 4ème siècle puis lors des invasions normandes du 9ème siècle. Les inscriptions figurant sur les murs et les objets retrouvés témoignent des différentes époques pendant lesquelles les grottes furent occupées. Lorsque les Écorcheurs, bande de brigands qui sévissaient à la moitié du 15ème siècle, s’emparèrent du château de Naours pour en faire leur quartier général, les habitants, à l’instar de leurs ancêtres, vécurent cachés dans les grottes. Mais c’est pendant la Guerre de trente ans que la cité souterraine fut le plus longuement occupée (deux mois en continu).

Patrimoine de Picardie : l’action salutaire de l’Abbé Danicourt

Vers 1750 et jusqu’en 1830, les contrebandiers du sel, les faux-saulniers, s’y établirent pour éviter d’avoir à payer la gabelle. Poursuivis par les gabellous (douaniers), ils entreposèrent le sel dans les pièces souterraines reconverties en grenier. A partir de 1830, ces refuges, qui constituent une partie du patrimoine de Picardie, sombrèrent dans l’oubli au point que l’entrée principale se reboucha naturellement. Le mérite de leur « résurrection » revient à l’Abbé Danicourt qui fut nommé en 1886 à la cure de Naours. Cet érudit, archéologue à ses heures, entreprit dès 1887 de rechercher l’entrée des grottes. Aidé par ses ouailles, il s’emploiera, plusieurs années durant, à explorer puis à remettre en état cet immense dédale de galeries creusées sur quatre niveaux entre 42 et 25 mètres de profondeur. Pour mieux s’y retrouver, il nommera et numérotera les rues de la cité souterraine.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *