Pages Navigation Menu

1001 façons de vivre un voyage unique

Carnet de voyage en Europe

Carnet de voyage en Europe

 Notre périple commence en Allemagne, Rothenbourg, l’atmosphère d’une ville au Moyen Age avec la place de l’Hôtel de Ville, ses ruelles étroites, ses maisons à pignons pointus, les colombages.

 

Dans l’ex Allemagne de l’est, Dresde, sur l’Elbe, au cœur de la Saxe, ville d’art et d’histoire, presque entièrement détruite lors des bombardements alliés de février 1945 : 

–         le cavalier doré, statue équestre à la gloire d’Auguste le Fort,

–         l’opéra, le château et la cathédrale,

–         la porte de la couronne royale et sa splendide coupole, témoin de l’annexion, en son temps, de la Pologne,

–         l’emblème de la ville, le Zwinger, superbe édifice baroque. Autour de sa vaste cour carrée, sont ordonnés les pavillons du Carillon et du Rempart, où l’on retrouve diverses galeries d’art et des collections de porcelaine.

 

 Notre voyage se poursuit en Pologne, Varsovie, ville symbole ravagée par les guerres, chaque fois reconstruite avec acharnement.

–        le palais de la culture et de la science, érigé naguère à la gloire du communisme triomphant,

–        l’entrée de la vieille ville, avec le château royal,

–        la place du Marché où tout respire la sérénité et la liberté retrouvée, où tout semble imprégné de la magie de l’esprit slave, tel qu’on l’imagine, tout à la fois nonchalant et volontaire,

–       la barbacane, les remparts ;

–       le parc de Lazienki, l’Orangerie, le Palais sur l’eau,

–       le monument de Frédéric Chopin, à qui la Pologne entière voue un véritable culte.

 

         Prague. La Bohème.

–        la place de la vieille ville est un ensemble architectural unique où se côtoient tous les styles, autour de la statue de Jan Hus, figure emblématique de la Réforme et de la culture tchèque,

–        le beffroi de l’Hôtel de Ville et l’horloge astronomique, Notre Dame de Tyn,

–        la cité juive et les synagogues,

–        l’église Saint Nicolas, chef d’œuvre du baroque, et son immense coupole,

–        le pont Charles et ses 30 statues,

–      le château royal des rois de Bohème, aujourd’hui résidence présidentielle et, dans son enceinte, la majestueuse cathédrale gothique Saint Guy,

–        l’île Kampa, havre de paix, à deux pas de la foule bruyante des touristes, sur les berges de la Vltava qui arrose et parfois inonde Prague.

Les nombreuses coupoles, les dômes et les flèches des églises ont valu à Prague son surnom de cité « aux cent clochers ».

 

 

       Vienne, ville impériale pendant 6 siècles, doit sa séduction à la richesse de ses musées et à sa tradition musicale. Beethoven, Haydn, Brahms, Strauss, Schöenberg y séjournèrent. Et Mozart évidemment, même si, mal aimé des Viennois, il finit dans la fosse commune à 35 ans.

–       le Kunhistoriche Muséum et son décor somptueux. Une salle entière est consacrée aux tableaux de Bruegel, d’autres à des toiles et triptyques prestigieux de l’école hollandaise, flamande et italienne,

–        la Hofburg, véritable cité dans la ville, palais impérial qui fut une des résidences des Habsbourg,

–        la cathédrale gothique St Etienne, Stéphan Dom,

–        le château de Schönbrun, résidence préférée de l’impératrice Marie Thérèse. Son grand ennemi Frédéric II de Prusse disait d’elle « pour une fois que les Habsbourg ont un grand homme, c’est une femme ! ». Marie Antoinette, future reine de France, passa son enfance à Schönbrun,

–         le Belvédère, ancienne résidence d’été du prince Eugène de Savoie, aujourd’hui galerie de l’art autrichen,

–         le Parlement, l’hôtel de Ville néogothique.

 

        Salzbourg, la ville où naquit Mozart. Un charme infini, une lumière douce qui baigne les contours des palais et des églises, les toits couverts de cuivre, les superbes enseignes de fer forgé.

–         l’ancien château fort des princes archevêques, la collégiale et la cathédrale,

–         le vieux Salzbourg hérissé de dômes et de clochers, tout imprégné de musique et de festivals, où Herbert von Karayan a une rue qui porte son nom.

 

        La chapelle St Bartholomé, sur le Koenigsee, près de Bertchesgadden. Romantisme assuré.

 

 

      Le Tyrol et Innsbrück, sa capitale, où eurent lieu en 1964 et 1976 les jeux olympiques d’hiver.

–        Maria Thérésen Strasse, la colonne St Anne,

–        Le petit toit d’or, de structure gothique, symbole de la puissance des Habsbourg.

 

 

        les châteaux royaux de Bavière, Neuschwanstein et Hohenschwangen,  outrageusement baroques et flamboyants, décors hollywoodiens pour contes de fées.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *