Pages Navigation Menu

1001 façons de vivre un voyage unique

Les sentiers de l’île de Tinos dans les Cyclades

Protégée du grand tourisme international, l’île de Tinos offre au randonneur un réseau de sentiers muletiers qui permet d’apprécier dans la sérénité des paysages magnifiques et de découvrir un patrimoine paysan largement conservé.

Les routes asphaltées de l’île sont récentes. Avant les années 1950 – 1970 les échanges entre ville et villages, entre villages et parcelles cultivées étaient effectués à pied ou à dos d’âne grâce à des sentiers souvent dallés ou taillés dans le roc, clos de murs de pierres sèches afin d’empêcher les divagations des vaches, des chèvres et des moutons. Ces sentiers existent toujours et certains sont portés sur la carte Anavasi (équivalent grec de nos IGN 1/25000).
Les sentiers de Tinos offrent au promeneur leur diversité, leur beauté, leurs escaliers doux au pas, leurs dalles énormes posées là depuis des siècles par le labeur paysan. Marcher à Tinos est un plaisir en soi, plaisir physique auquel on peut relier la jubilation d’apprendre ! Les sentiers livrent l’accès à l’essentiel du patrimoine paysan de Tinos, aux terroirs, aux bâtiments de l’ancienne polyculture nourricière, aux églises rustiques : cultures en terrasse, olivettes, vignobles et jardins, plantations de mûriers, étables et bergeries, moulins à eau et surtout à vent, fontaines, réseaux d’irrigation, pigeonniers, aires à battre le blé, maisons temporaires utilisées par les paysans lors des gros travaux (katikiès), chapelles orthodoxes ou catholiques construites pour remercier Dieu de ses bienfaits. Ils relient entre eux les villages, tous différents et dont les édifices remarquables pourraient être commentés : maisons seigneuriales, églises, beaux tympans de marbre sur les maisons traditionnelles, fontaines publiques, etc. Ils donnent aussi accès aux richesse naturelles, filons de marbre, roches métamorphiques, rochers de granit érodés en boule, plantes aromatiques, chênes courbés par le vent, blés sauvages, myrtes et platanes orientaux. Et avec un peu de chance on lèvera un lièvre, des perdrix, des huppes fasciées ou l’on surprendra une chouette endormie, le tout sous le regard narquois des chèvres !
Et puis les sentiers traversent les beaux villages blancs de l’île et le randonneur y trouvera d’excellentes taverne où il pourra faire connaissance avec la gastronomie locale : agneau au citron, salade de câpres, louza.
Pour découvrir Tinos et ses sentiers, louez une maison paysanne dans le centre de l’île :
maison locationTinos vacances
la maison de Loutra
ou maison locationTinos vacances
la maison de Skalados

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *